Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 21:13

Voeux 2013

Repost 0
Published by LESCOURRET - dans Paysages
commenter cet article
28 avril 2012 6 28 /04 /avril /2012 22:36

Voilà le récit en eau, en encre et en huile d'une bataille qui finit bien :

 

Dépard à Barfleur sur le quai pour l'armement de l'Ami de la Mer

Chalutier barfleur

Après être passé entre les gouttes, voilà le soir

Barfleur 02

La première vraie belle journée, le Cap Lévi, juste avant Cherbourg

Cap Levi

Le terrain et le temps sont bons pour la pêche, à quoi, je ne sais pas

Cap Levi la pêche

Destination suivante, Granville, là le soleil a donné RdV au vent, résultat, c'est beau mais c'a caille

Granville

Voilà la plus belle journée. Saint Vaast-la-Hougue, embarquement pour l'île de Tatihou

St Vaast la Hougue

Tatihou, il faut au moins ce nom pour cette île

Tatihou

Voilà, il est tard à Barfleur, le phare de Gatteville va reprendre sa ronde

Gatteville le phare

Repost 0
Published by LESCOURRET - dans Paysages
commenter cet article
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 22:10

 

Rade de Brest export

J'ai décidé de me servir de mes pastels pour faire du grand format. Voilà le résultat à l'acrylic en format Raisin d'une vue de la Rade de Brest un soir d'été. 

Repost 0
Published by LESCOURRET - dans Paysages
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 12:27

Bonjour, 

Je reviens à peine de Bretagne. Plus précisément, j'ai passé 5 jours au bord de la rade de Brest. Le temps fut particulièrement agréable. Ce cadeau du Bon Dieu m'a donc permis de revenir avec quelques couleurs. Considérons cela comme une petite promenade au bord de l'eau :

1ere pause sur la presqu'île de Logonna : la grève du Roz. Là nous sommes abrité du vent, la marée recule doucement. Se découvrent alors les diverses teintes de fond : sable, galets fins, algues vertes fluo, roches affleurantes. Se combinent alors les effets de profondeur de l'eau et le défilé des nuages au fond masquant d'une fine brume la presqu'île de Plougastel en fond :

Logonna

Continuons alors la promenade sur la presqu'île de Logonna. Nous allons jusqu'au bout : au Bindy. Arrivé là, nous faisons le tours de la pointe et arrivons sur une nouvelle grève :

Bindy02

La  lumière décroît lentement. Il est temps de revenir vers le Bindy :

Bindy

Hé voilà, la journée s'achève. 

Je vous dis à bientôt.

 

 

Repost 0
Published by LESCOURRET - dans Paysages
commenter cet article
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 15:41
Bonjour, voilà deux visions d'un même ciel :

 

L'une à la gouache et au feutre noir. Les masses sont lourdes mais le ciel est apaisant avec le bleu et le jaune.



Là c'est plus violent. En y regardant bien, la pluie arrive 

A + 
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 09:10
Bonjour,

Je reviens d'une grosse semaine au bord de l'eau. J'imagine que cela fera l'objet de plusieurs articles. Voici le premier. J'y présente juste un petit plaisir à 08H30 du matin au bord de l'eau face au soleil levant :



Quelle merveille que la Création. Ici il s'agit de saisir la délicatesse des couleurs pas encore très affirmées. Ma plus grande satisfaction est encore une fois dans le ciel. Il y a des jours comme cela où tout se fait tout seul. Ce matin là les pastels sortent de la boîte presque naturellement. Pourtant voilà des couleurs qui ne me sont pas familières.
Par exemple :
Le bleu du ciel est un mélange de gris pâle, de jaune pâle réhaussé d'un peu de bleu clair
Le blanc est découpé dans un beige très clair et mets en avant le seul nuage qui permet de poser avec force le ciel jaune d'or
Enfin, la colline orangée est fait atténuée d'un peu de vert olive clair

Voilà, c'était mon petit plaisir.

A plus tard au bord de l'eau.   
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 18:28
Bonsoir,

Aujourd'hui, nous discuterons du même sujet traité à deux moments de la journée. Cet été là était chaud en Bretagne. Toute la journée mon monde était écrasé par le soleil. Il dévorait les couleurs réduisant la mer, le ciel, le bord de l'eau, les arbres, les algues, à un jeu binaire de sombre et clair sans grand relief.

Je me décide alors à tricher au bord de la rade de Brest :



Voilà ce que j'aime dans ce pastel pourtant si simple : il est est chaud. Le ciel a juste la bonne teinte de bleu, pas une pointe de rouge pour refroidir l'atmosphère. L'horizon est bien blanc, la colline du fond est bien écrasée par la brume de chaleur. Enfin, le cadrage : La végétation mets en avant une large bande de plage écrasée par le soleil. 

Arrive enfin le soir, je redescends donc au bord de l'eau. Là tout change, le soleil est passé derrière la pointe :



Le changement de technique est amusant : la gouache permet de multiplier les plans en douceur. Voilà justement ce qui caractérise un beau soir d'été au bord de l'eau, en contre jour. Ici aucune couleur n'écrase réellement les autres. Ici pas d'effet violent. Nous voilà dans un monde de délicatesse. Un seul principe à décliner à l'infini : les contrastes.

Contraste d'abord du feuillage noir et de la grève lumineuse
Contraste ensuite de la végétation de la presqu'île du Prioldy en face et du coteau de Rosnoën derrière.
Contraste enfin de l'eau émeraude et du miroir blanc passant derrière la roche noire

Et voilà comme deux mondes qui n'ont rien à voir peuvent se succéder au même endroit.

Bonne journée à vous et à bientôt.
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 22:45
Bonsoir,

Ce soir, je voudrait faire un commentaire sur un tableau qui me plaît particulièrement :



Ce pastel a été réalisé à Douarnenez sous une pluie battante. Les conditions étaient les suivantes :
Au début, le ciel était gris, sans plus, de nombreux lasers sortaient pour une course, bref, un point de vue classique pour un pastel pendant le goûter des héritiers.

Au bout de 40mn j'avais fait un fond uni pour le ciel sans grande conviction, une mer uniforme les premiers remous foncés, et les rochers. Là je lève la tête, trop tard, le déluge. En moins de 2 mn la feuille est entièrement couverte d'eau, la boite de pastel de même. Qu'est que je constate alors :
Partout où le pastel est déjà appliqué, la feuille est imperméable -> Je décide alors de faire ma première oeuvre réellement nature : sous la flotte.
Contemplant la mer à travers les gouttes, je vois l'horizon se brouiller, les rafales de pluies marbrer la surface de l'eau, les voiles s'estomper. Une vraie merveille sous les yeux. Je reprends alors tout mon travail sous 1 mm d'eau, veillant à ne pas arracher les portions de feuille non protégées. A la fin, la feuille ne tient plus que par le pastel :
La couleur est devenu le support.

Et en plus, je trouve cela magnifique ... 
 
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article
16 mai 2009 6 16 /05 /mai /2009 22:38
Bonsoir,

J'utiliserai ce soir une gouache et un pastel pour décrire un Amidi en famille à la plage Saint Valebntin, à côté du Croisic.
Cet Amidi fut doublement agréable :
1- Je retrouvais, avec ma Reine et les héritiers, la plage où je l'emmenais, encore Princesse, après son dur labeur.
2- Je retrouve cette plage en compagnie d'un bon amis et de sa famille.

Bon, une fois les tribus posées sur la plage, le pique nique peut commencer. Les nombreux héritiers peuvent s'en donner à coeur joie, la plage est grande. Voilà le moment de sortir le matériel. Là, stupeur, j'ai oublié d'amener de l'eau pour réaliser ma gouache. Qu'à cela ne tienne, le décide de réaliser ma première marine à l'eau de mer :



La Mer est particulièrement calme. La fin de l'après-midi arrive, le ciel est voilé. C'est alors un grand plaisir de travailler tout en délicatesse. L'horizon doit être à peine perseptible. Cette peinture est construite sur un principe simple : opposer de grandes masses très épurées (ciel et sable) et une zone rocheuse très marquée.

Cette gouache finie. Je lève le nez et je m'apperçois que le temps se dégrade. Les nuages arrivent, la mer change de couleur. Je décide alors de changer d'angle et de passer la pointe rocheuse illustrée précédemment :


 
Là, j'ai l'impression de changer de pays et de saison. Les pastels sortent de la boîte dans un ordre bien établi :
D'abord construire le ciel. Surtout aller vite pour bien saisir la lumière qui se bat contre les nuages avec la Mer comme témoin. Le ciel est construit par couches superposées travaillées au doigt. On y trouve divers gris plutôt bleutés. Une touche de rouge toujours très importante dans les masses nuageuses, et surtout, en liant, du blanc et un peu de jaune. Après c'est l'index qui fait le reste.

Le ciel fait, la Mer est réalisée dans le même élan pour bien garder l'unité entre les deux éléments en plein combat. Le reflet violent blanc sur l'eau déjà presque écrasée par les nuages arrive d'un trait de blanc.

Je finis par le plus simple : les rochers. Le ciel étant une grande masse traitée en fondu, les rochers doivent éclater pour faire encore ressortir l'héroïne de ce tableau : la lumière. Là on n'hésite pas, on sort les couleurs les plus sombres, on marque bien le découpage des rochers.
 
La touche finale : la bande d'herbe bien éclatante au premier plan, et la touche orange qui donne de chaleur à cette scène.

A la fin on a 3 plans bien marqués et une grande satisfaction.

Bon, bonne soirée et à plus tard. 
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 10:03
Bonjour,

Ce matin, je voudrais vanter les mérite de l'une des plus grandes inventions de l'Homme moderne : le bic.

Cet outil, appliqué au dessin est tout bonnement génial. Il permet de travailler très rapidement, sur des surfaces assez grandes et surtout de fournir plusieurs effets. Par exempe, un travail très léger, à peine esquissé, en effleurant la feuille. Puis on passe et repasse jusqu'à bien cerner la forme. Enfin, lorsque le trait est juste, on y va franchement, et on délimite le contour. Cela permet entre autre de donner des effets de mouvement assez remarquables. Autre technique, illustrée ici, un travail plus proche de la plume.

Je voulais sortir ce sujets parcequ'il me rappelle en plus un grand moment que beaucoup comprendrons. Voilà, je travaillais à l'époque dans une firme au sein de laquelle toute activité artistique s'apparentait au mieux à des loisirs créatifs ou plus courament à une perte de temps intolérable dans un cadre professionnel. Ceci me posait un petit problème avec mon supérieur. En effet, depuis que je sais tenir un crayon, j'ai besoin de dessiner pour me concentrer. Ce fut le cas en école primaire, au collège, au lycée, en classes préparatoires, puis en études supérieures. Arrivé dans le monde professionnel, je continuais donc de plus belle à meubler ces interminables réunions, task forces et autres clubs de rencontre.  Un été, ayant pris mes congés en juillet, je me retrouve quasiment seul en août. J'apprends alors que le 14 apût n'est pas chomé.
Je construis alors le projet de venir commettre un terrible sacrilège dans les locaux même de mon très honorable employeur : peindre une gouache aissis dans le fauteuil de mon supérieur.

J'arrive alors, seul, le 14 aût au matin dans un batîment entièrement livré à mon bon plaisir. Je pose sur le large bureau toujours impeccable, en vrac : 9 tubes de linel (gouache extra fine), un vieux chiffon, qui a du me servir de chemise dans un temps lointain, un pot de bonne maman, une bouteille d'Evian, du robinet, une palette plastique et un contrecollé de couleur. Une fois l'espace conquis, je retourne le large fauteuil renaissance suédoise vers le paysage et je commet l'irréparable : je m'y affale. Après, c'est confus, le plaisir de peindre se mélange au plaisir de profaner ce temple de la rigeur industrielle. après deux heures en dehors du monde, le travail est fini :


Mis à part ce petit écart, cette gouache constitue aussi un espoir important. En effet c'est la première que je réalise sans la présence de la mer. En fait, le mouvement des ombres sur les chants de blé est relativement proche de ce que l'on peut percevoir sur la mer. Par contre, la difficulté réside dans le choix des couleurs. Comme la palettes des bleus est infinies en bord de mer, les verts sont ici très importants. Ceci va nécessiter un gros travail.

Bon passons maintenant à la suite. 15 jours après avoir réalisé la gouache, ce fut mon dernier jour sur le sîte, je décide donc de marquer l'évènement en réalisant une deuxième version du paysage précédent, mais de manière plus discrète : au bic :


Dans cet exercice, on ne dispose plus des couleurs pour faire ressortir un détail. Il faut donc regarder le monde autrement : par quelle masses ce paysage est il animé ? Une fois cette question posée, il faut comprendre que l'on ne possède comme seul outil de représentation que le contraste.
La vagétation est très facile à rendre les contrastes sont en particulier très bien rendus. Le plus difficile est de saisir les nuages. Il faut imaginer qu'ils sont rapides à défiler et que le travail de croisillons est lui plutôt lent. La recette est donc de figer un contouring de masses nuageuses représentatif de la réalité, d'en identifier les contraste les plus important et de les remplir avec patiente, en recalant au fur et mesure certains écarts par rapport à la réalité. Ici on distingue en gros trois zones :
1- Le fond qui donne la profondeur (voir un article précédent)
2- La masse nuageuse occupant la bande centrale. Elle est de forme "conique" de manière à bien marquer les masses étirées par le vent
3- La partie supérieure, représentant la traîne. Elle a pour fonction principale de faire ressortir la masse principale par un contraste bien marqué.

Voilà, je vous laisse juger suivant vos préférences.

Bonne journée
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article