Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 10:03
Bonjour,

Ce matin, je voudrais vanter les mérite de l'une des plus grandes inventions de l'Homme moderne : le bic.

Cet outil, appliqué au dessin est tout bonnement génial. Il permet de travailler très rapidement, sur des surfaces assez grandes et surtout de fournir plusieurs effets. Par exempe, un travail très léger, à peine esquissé, en effleurant la feuille. Puis on passe et repasse jusqu'à bien cerner la forme. Enfin, lorsque le trait est juste, on y va franchement, et on délimite le contour. Cela permet entre autre de donner des effets de mouvement assez remarquables. Autre technique, illustrée ici, un travail plus proche de la plume.

Je voulais sortir ce sujets parcequ'il me rappelle en plus un grand moment que beaucoup comprendrons. Voilà, je travaillais à l'époque dans une firme au sein de laquelle toute activité artistique s'apparentait au mieux à des loisirs créatifs ou plus courament à une perte de temps intolérable dans un cadre professionnel. Ceci me posait un petit problème avec mon supérieur. En effet, depuis que je sais tenir un crayon, j'ai besoin de dessiner pour me concentrer. Ce fut le cas en école primaire, au collège, au lycée, en classes préparatoires, puis en études supérieures. Arrivé dans le monde professionnel, je continuais donc de plus belle à meubler ces interminables réunions, task forces et autres clubs de rencontre.  Un été, ayant pris mes congés en juillet, je me retrouve quasiment seul en août. J'apprends alors que le 14 apût n'est pas chomé.
Je construis alors le projet de venir commettre un terrible sacrilège dans les locaux même de mon très honorable employeur : peindre une gouache aissis dans le fauteuil de mon supérieur.

J'arrive alors, seul, le 14 aût au matin dans un batîment entièrement livré à mon bon plaisir. Je pose sur le large bureau toujours impeccable, en vrac : 9 tubes de linel (gouache extra fine), un vieux chiffon, qui a du me servir de chemise dans un temps lointain, un pot de bonne maman, une bouteille d'Evian, du robinet, une palette plastique et un contrecollé de couleur. Une fois l'espace conquis, je retourne le large fauteuil renaissance suédoise vers le paysage et je commet l'irréparable : je m'y affale. Après, c'est confus, le plaisir de peindre se mélange au plaisir de profaner ce temple de la rigeur industrielle. après deux heures en dehors du monde, le travail est fini :


Mis à part ce petit écart, cette gouache constitue aussi un espoir important. En effet c'est la première que je réalise sans la présence de la mer. En fait, le mouvement des ombres sur les chants de blé est relativement proche de ce que l'on peut percevoir sur la mer. Par contre, la difficulté réside dans le choix des couleurs. Comme la palettes des bleus est infinies en bord de mer, les verts sont ici très importants. Ceci va nécessiter un gros travail.

Bon passons maintenant à la suite. 15 jours après avoir réalisé la gouache, ce fut mon dernier jour sur le sîte, je décide donc de marquer l'évènement en réalisant une deuxième version du paysage précédent, mais de manière plus discrète : au bic :


Dans cet exercice, on ne dispose plus des couleurs pour faire ressortir un détail. Il faut donc regarder le monde autrement : par quelle masses ce paysage est il animé ? Une fois cette question posée, il faut comprendre que l'on ne possède comme seul outil de représentation que le contraste.
La vagétation est très facile à rendre les contrastes sont en particulier très bien rendus. Le plus difficile est de saisir les nuages. Il faut imaginer qu'ils sont rapides à défiler et que le travail de croisillons est lui plutôt lent. La recette est donc de figer un contouring de masses nuageuses représentatif de la réalité, d'en identifier les contraste les plus important et de les remplir avec patiente, en recalant au fur et mesure certains écarts par rapport à la réalité. Ici on distingue en gros trois zones :
1- Le fond qui donne la profondeur (voir un article précédent)
2- La masse nuageuse occupant la bande centrale. Elle est de forme "conique" de manière à bien marquer les masses étirées par le vent
3- La partie supérieure, représentant la traîne. Elle a pour fonction principale de faire ressortir la masse principale par un contraste bien marqué.

Voilà, je vous laisse juger suivant vos préférences.

Bonne journée
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 21:07
Bonsoir,

Cela fait plus d'1 semaine que je n'ai pas rajouté d'article. Ce soir ce sera une aquarelle représentant, à mon avis, le plus beau navire jamais réalisé pour la marine française : le croiseur Emile Bertin.

Ce navire était taillé pour la vitesse. Ceci conduit à un navire aux formes très élancées. C'est l'une des seules aquarelles que j'ai réalisé. J'avoue ne pas tellement apprécier cette technique. Il me semble qu'elle présente de nombreux inconvénients que la gouache supprime pour un résultat relativement proche.


Voilà, à vous de juger ...

Bonne nuit ...
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Bateaux gris
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 20:30

Bonsoir,

Ce soir nous parlons d'une monoplace basée sur un classique : le moteur Ar.
Ce dessin arrive après toute une période de réflexion sur une voiture directement inspirée de l'univers aéronautique récent.

Le dessin de départ est le suivant :
Le but rechercé :
Un modelé bien marqué et une grosse bête en train de bondir. La transmission Ar à peine recouverte donne un aspect de tendons et de muscles concentrant toute la puissance.

Bon après le dessin, Top départ pour la mise en couleur :
Carrosserie Bleu métal un peu passé (la dominante sera en haut de carrosserie
Voilà pour la dominante. Il reste à finir cette voiture en marquant les contrastes.
La verrière mi aviation / mi carapace passe bien en chocolat mat (parfait avec le bleu et bonne transition avec le orange).
Les roues et le projecteur (rappel de la dominante)
Un premier essai pour les jantes et la verrière.
Le final avec un rappel de la piste.

Hé voilà. Le principal : je me suis fait plaisir. Je n'ai plus qu'à recommencer.

A bientôt ...
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Véhicules
commenter cet article
7 mars 2009 6 07 /03 /mars /2009 12:43
Bonjour,

Ce soir, l'idée est de regarder de 2 manières différente un même paysage. Tant qu'à faire, autant choisir un point de vue agréable. Pour ceux qui n'auraient jamais vu le Cap Fréhel, ... , Dommage !!!

La première représentation est une huile très classique faite sur une planche de bois :


Pourquoi le bois ?
C'est simple, j'ai tendance à travailler l'huile comme de la gouache, c'est à dire très diluée. Cela se voit bien dans le ciel et la mer. Le bois a ce grand avantage qu'il boit la peinture à une telle vitesse que cela m'oblige à en mettre des tartines. Cela devient alors une vraie peinture à l'huile !!! L'incompétence a parfois des avantages !!!

A part cela, cette huile illustre bien qu'il faut toujours amplifier les contrastes. Ici, sans l'ombre à droite, toute la lande orangée et la falaise au second plan auraient parue relativement fade.
Autre principe de base : prendre une couleur dominante, ici le orange, et finir, en minoritaire (en surface et/ou en intensité) avec son complémentaire, ici le bleu, très froid d'ailleur, ce qui fait encore ressortir le orange.

Bref nous avons une huile classique et pas désagréable.

La suite maintenant : il s'agit du même paysage au pastel gras :


Le point de départ de ce pastel est :
Partir d'un ciel rose et f aire ce que je veux.

Eh bien vous en pensez ce que voulez, moi j'aime.

Je vous laisse comparer ...

Sur cette conclusion je vous dis bonsoir ...
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 21:25
Bonsoir,

Ce soir je vous invite à assister à l'accostage d'un porte conteneurs aux Havre : le MSC Ingrid.
D'abord les circonstances de cet article :
C'était à la fin de l'hiver 2008, j'avais une mission à faire en usine sur les bords de Seine au pied du Pont de Normandie. Cela faisait plusieures fois que je me rendais dans cette usine à deux pas de l'un des plus grands port de France et je n'avais pas encore vu les bateaux. Il fallait donc corriger le tir. Au petit matin j'embarque dans la voiture le kit complet :
La blouse à l'éfigie de l'entreprise, les chaussures de sécurité, toujours très classe, et, mon reflex complet.
Le travail étant fini plus tôt que prévu le matin, je peux me libérer vers 15H00.
Parfait en fait comme horaire :
- Trop tard pour rentrer bosser
- Suffisament tôt pour tenter l'aventure

Je me lance :
Autoroute direction Caen, le Pont de Normandie et juste avant le péage du pont je sors à droite. Voyant tout un paquet de semi-remorque, je me dis que je suis sur la bonne piste. Après 10mn de route, au détour d'un énième parc à conteneurs voilà ce que je découvre :
toute l'allée du terminal. Mieux encore, un magnifique navire de la Méditeranean Shipping Company (MSC) se présente pour l'accostage. Là je me gare direct et la séance photo commence :


Les remorqueurs ont déjà commencé depuis longtemps à prendre en charge la masse de 200m de long. Les moteurs des 2 moustiques s'acharnent à guider la grosse bête totalement maladroite. Il faut bien dire que cette grosse bête est taillée pour la vitesse en eau dégagée. Regardez bien sa ligne de coque, ç'a saute aux yeux :
une proue assérée et une poupe bien fuyante, bref une belle carrosserie


On imagine parfaitement l'effort fait par cette demi-portion. Ici tout est affaire de puissance et d'anticipation.


Le quai n'est pas loin ...


C'a y est, le MSC Ingrid n'est plus un navire mais une île. Encore quelques efforts et ce sera une presqu'île ...


Voilà, ce devrait être bon, la grosse bête est ficellée, les deux moustiques ont gagnés ...


On pourrait dire "A table !", mais non, une autre grosse bête arrive.
Pour moi il est l'heure de rentrer et de vous dire bonsoir.
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Photos
commenter cet article
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 22:19
Bonsoir,

Je viens de repenser que je voulais faire un 1er article sur LE coin que je préfère :
La Rade de Brest.

Ce soir, ce sera plus précisément la rivière du Faou où j'ai passé ma jeunesse. Commençant à maîtriser la gouache, j'ai voulu faire l'exercice de représenter le même paysage à deux saisons opposées.

Voilà l'été :


Là je crois que c'est l'un des moments uniques que l'on vit lorsque l'on peint tranquillement. En Bretagne le vent souffle toujours un peu. C'est ce qui donne ces ciels très déchirés. C'est presque ce qui est le plus drôle à représenter sur le vif : ils vont plus vites que la peinture. Il faut donc créer son propre ciel.

Juste en commentaire, comme pour la mer, il y a une règle simple à respecter pour représenter un ciel comme celui là :
Le premier nuage, celui qui est le plus proche, doit occuper entre le tiers et la moitiée du ciel
Le second rideau de nuage occupe un autre tiers
L'ensemble des autres nuages, jusqu'à l'horizon occupe la dernière bande collée à l'horizon.
Cette règle permet de créer la profondeur du paysage.

Après l'été, voici l'hiver :


Là, j'avoue, dans le fond c'est une ambiance que je préfère. Le petit problème, c'est qu'il faut aller un peu vite parceque là c'est plein ouest, donc ç'a caille. Dans ce genre de paysage ce qui compte le plus c'est la profondeur créée avec les enchaînement de colline dans le fond. La profondeur est amenée par la première presqu'île très contrastée par rapport à l'Ar plan. L'arrière plan est en plus estompé en virant légèrement vers le bleu pâle. Les algues en orange sont particulièrement agréables à voir.

Bon voilà pour ce soir.
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 22:02

Bonsoir,

Ce soir, je ferai rapide. Il s'agit du cuirassé Courbet à pleine vitesse fait au crayon.

J'aime particulièrement ce bateau pour plusieures raisons :
- Il a une ligne très épurée
- Les coins et les recoins de ces vieilles coques offrent de multiples contrastes qui rendent facilement très bien au crayon.

Voilà pour ce soir.
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Bateaux gris
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 20:30




A l'occasion du 40eme Salon de la Marine qui s'est tenu fin 2007 au Musée de la Marine de Paris, j'ai eu l'occasion d'exposer une grande gouache (50 x 80cm).


Je vais m'exercer dans cet article à vous décrire sa réalisation.
D'abord son histoire :
Cette gouache est une commande d'un excellent amis qui s'occupe de nos âmes en ce moment à Rome. Il me l'a commandé souhaitant avoir quelque chose ressemblant à une autre gouache réalisée il y a plusieures années. Dans cette gouache, je cherche à travailler une chose en particulier : la représentation de l'eau.
Pour cela, j'observe depuis de nombreuses années les peintures de Marin-Marie.


Sur cet exemple on remarque que la mer est traitée de manière structurée :
Chaque vague possède une teinte de base.
Les vagues se distinguent par une alternance clair / foncé.
Ensuite, les vagues sont séparées et déssinées par le blanc représentant à la fois les reflets et les écumes.
J'allais oublié, il y a autre chose que Marin-Marie apporte pour parfaire cette mer : une grosse dose de travail et du génie

L'observation du maître étant réalisée, je m'attque à mon travail :


Etape 1: Le dessin

Pour un travail comme celui là, le dessin est extrêmenet important. Ce n'est pas la partie la plus artistique. Il s'agit surtout d'avoir une construction extrêmement précise.

Un raté dans cette étape explique souvent une imauvaise impression face à une peonture par ailleurs peut-être bien réalisée en couleur.






Etape 2 : Le Ciel et la mer
Respectant les principes décrits plus haut, je réalise la mer puis le ciel. J'y rajoute volontairement un autre principe :
La profondeur de l'horizon est accentuée par le traité très doux et simplifié de l'arrière plan.

Le nuage d'écume est particulièrement amusant à réaliser. Il donne du dynamisme à cette peinture qui peut paraître vite figée.
De la même manière le traitement du ciel en dégradé marqué (foncé => clair) rends aussi la scène plus vivante.


Etape 3 : Pause et réflexion
Cette étape m'est toujours nécessaire au milieu de la peinture. Elle permet de corriger le tir si nécessaire ou d'anticiper le reste du travail en fonction de l'impression à donner. Ici je voulais à tout pris reproduire le mouvement. 

Une idée m'est donc venue : accentuer l'effet de fuite du pont en marquant bien les lattes. Cela permet d'avoir l'impression que le bateau fuit sous les pieds pour rentrer dans la vague.

Après j'ai eu à faire face à un problème : comment représenter chaque latte en couleur ?




Etape 4 : Le pont
La solution est venue comme souvent en faisant l'inverse de ce que l'on croit être logique :
Ce n'est pas la couleur qui suivra bêtement les lattes de pont mais les lattes qui se calerons sur les couleurs. Le pont est donc construit à partir d'un grand aplat réhaussé de touches plus sombres et d'autres plus claires. Les joints et les noeuds dans le bois sont rajoutés à la fin. J'avoue que je suis plutôt content du résultat.




Etape 5 : Conclusion
Il reste alors à réaliser les finitions. Elles sont souvent essentielles. L'utilisation au bon endroit du blanc est en effet importante. Elle permet de donner vie à de nombreux détails (reflets métalliques, écume ...). Voilà le résultat final tel qu'exposé au Palais de Chaillot à l'occasion du 40e Salon de la Marine fin 2007 :


Sur cette conclusion, je vous souhaite une bonne nuit ...

Repost 0
Published by xavier2649 - dans Expositions
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 20:30


Il s'agit ici de décrire un projet de monoplace issue de plusieures idées :

1- Monoplace
2- Calandre bugatti
3- Poste de pilotage dissymétrique
4- moteur Ar

Le résultat respecte un certtain nombre de codes, mais il est amusant :

On retrouve ici les idées de départ. S'y rajoute un Ar simple permettant, comme le capot, de réaliser un bon modelé. Le but :

Voiture racée mais sobre (pas de care particulière)




Après le premier essais, voici une légère amélioration. Elle permettra de mettre en couleur.

Cette étape (la suivante) est l'occasion pour moi de m'amuser à tenter une mise en couleur sur Photoshop. Autant le dire tout de suite, sorti des pinceaux et du crayon, je débute totalement.

Voilà le résultat :



Bon cela n'atteint pas les rendus magnifiques obtenus par les félés du sujet; mais j'y retrouve l'essentiel :
Les forme et les modelés.
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Véhicules
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 20:30

Brest-base-ss-marine.jpg


Voilà,

C'est le début de ce blog. Je vais parler de ce qui me plaît à travers la peinture et la photo. Là c'est la première rubrique, la plus passe partout :
Les paysages.

Pour celui de ce soir, il s'agit d'une gouache d'environs 50x30cm réalisée à l'Arsenal à Brest durant l'hiver 2008. Ce dont je me souviens le plus c'est le froid qu'il faisait pendant l'heure de travail. la main droite était figée sur le manche du pinceau.
Repost 0
Published by xavier2649 - dans Paysages
commenter cet article