Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 20:30




A l'occasion du 40eme Salon de la Marine qui s'est tenu fin 2007 au Musée de la Marine de Paris, j'ai eu l'occasion d'exposer une grande gouache (50 x 80cm).


Je vais m'exercer dans cet article à vous décrire sa réalisation.
D'abord son histoire :
Cette gouache est une commande d'un excellent amis qui s'occupe de nos âmes en ce moment à Rome. Il me l'a commandé souhaitant avoir quelque chose ressemblant à une autre gouache réalisée il y a plusieures années. Dans cette gouache, je cherche à travailler une chose en particulier : la représentation de l'eau.
Pour cela, j'observe depuis de nombreuses années les peintures de Marin-Marie.


Sur cet exemple on remarque que la mer est traitée de manière structurée :
Chaque vague possède une teinte de base.
Les vagues se distinguent par une alternance clair / foncé.
Ensuite, les vagues sont séparées et déssinées par le blanc représentant à la fois les reflets et les écumes.
J'allais oublié, il y a autre chose que Marin-Marie apporte pour parfaire cette mer : une grosse dose de travail et du génie

L'observation du maître étant réalisée, je m'attque à mon travail :


Etape 1: Le dessin

Pour un travail comme celui là, le dessin est extrêmenet important. Ce n'est pas la partie la plus artistique. Il s'agit surtout d'avoir une construction extrêmement précise.

Un raté dans cette étape explique souvent une imauvaise impression face à une peonture par ailleurs peut-être bien réalisée en couleur.






Etape 2 : Le Ciel et la mer
Respectant les principes décrits plus haut, je réalise la mer puis le ciel. J'y rajoute volontairement un autre principe :
La profondeur de l'horizon est accentuée par le traité très doux et simplifié de l'arrière plan.

Le nuage d'écume est particulièrement amusant à réaliser. Il donne du dynamisme à cette peinture qui peut paraître vite figée.
De la même manière le traitement du ciel en dégradé marqué (foncé => clair) rends aussi la scène plus vivante.


Etape 3 : Pause et réflexion
Cette étape m'est toujours nécessaire au milieu de la peinture. Elle permet de corriger le tir si nécessaire ou d'anticiper le reste du travail en fonction de l'impression à donner. Ici je voulais à tout pris reproduire le mouvement. 

Une idée m'est donc venue : accentuer l'effet de fuite du pont en marquant bien les lattes. Cela permet d'avoir l'impression que le bateau fuit sous les pieds pour rentrer dans la vague.

Après j'ai eu à faire face à un problème : comment représenter chaque latte en couleur ?




Etape 4 : Le pont
La solution est venue comme souvent en faisant l'inverse de ce que l'on croit être logique :
Ce n'est pas la couleur qui suivra bêtement les lattes de pont mais les lattes qui se calerons sur les couleurs. Le pont est donc construit à partir d'un grand aplat réhaussé de touches plus sombres et d'autres plus claires. Les joints et les noeuds dans le bois sont rajoutés à la fin. J'avoue que je suis plutôt content du résultat.




Etape 5 : Conclusion
Il reste alors à réaliser les finitions. Elles sont souvent essentielles. L'utilisation au bon endroit du blanc est en effet importante. Elle permet de donner vie à de nombreux détails (reflets métalliques, écume ...). Voilà le résultat final tel qu'exposé au Palais de Chaillot à l'occasion du 40e Salon de la Marine fin 2007 :


Sur cette conclusion, je vous souhaite une bonne nuit ...

Partager cet article

Repost 0
Published by xavier2649 - dans Expositions
commenter cet article

commentaires